Logo
Meilleur comparateur de sites de rencontres en Belgique 2019
Interview avec First Affair

Interview exclusive avec:

Patrick Herwig

Le gérant du site de rencontres sexe FirstAffair

Réalisée le 14.08.2011

Interview avec First Affair:

Nous avons rencontré Patrick Herwig, le gérant du site de rencontres sexe « FirstAffair », pour une interview.

Monsieur Herwig, les sites de rencontres sexe sont en quelque sorte votre gagne-pain quotidien. En quoi est-ce que FirstAffair se différencie des autres sites de la même catégorie? Comment pouvez-vous éviter que FirstAffair ne bénéficie d’une image douteuse?

Chez FirstAffair, nous établissons plutôt des objectifs à long terme. Nous voulons toujours être présents sur le marché dans cinq ans. Nous misons par ailleurs d’avantage sur des valeurs durables: fiabilité, sérieux et transparence. C’est le seul moyen de satisfaire et de conserver nos clients. Nous ne sommes pas intéressés par du profit rapide. Nous préférons s’accrocher à la durabilité et à la qualité. Avant leur publication, nous vérifions toutes les annonces. Les faux profils et des annonces peu sérieuses sont immédiatement décelés et supprimés.

« AdultFriendFinder » et « c-date.be» sont vos plus grands concurrents. Vous visez le même groupe cible. Qu’est-ce qui pousse les gens à venir s’inscrire sur FirstAffair? Est-ce que vous êtes meilleur que la concurrence?

Un grand nombre de nos clients n’hésitez plus à s’inscrire directement sur plusieurs sites de rencontres sexe. Nous ne nous considérons pas comme des concurrents, mais plutôt comme un enrichissement sur ce marché. C’est uniquement quand l’offre est importante que le client peut choisir pour les meilleurs. Notre offre vise surtout le segment des sites de rencontres sexe first class. Beaucoup d’utilisateurs nous indiquent qu’ils apprécient la qualité élevée de notre site par rapport à celle des autres sites de rencontres sexe.

Au cours des 2 dernières années, vous avez démarré beaucoup d’actions marketing et une grande campagne publicitaire à la télé. Vous avez pu convaincre plus de 150 000 membres de la qualité de vos services. En quoi est-ce que FirstAffair se différencie des autres sites de rencontres sexe? Quel est votre avantage par rapport à la concurrence?

Nous sommes d’avantage convaincus par la qualité que par la quantité. Nos utilisateurs sont tous contrôlés manuellement. Un plus grand nombre d’utilisateurs est très certainement toujours l’un des meilleurs arguments de vente, mais il est important de regarder la structure des membres de plus près. Vous allez voir qu’un grand nombre des annonces sont des spams, des faux profils,….

Celui qui est marié ou qui a du succès dans sa vie professionnelle ne souhaite pas forcément être reconnu sur un site de rencontres sexe. Comment protégez-vous les membres de FirstAffair contre de la publicité désagréable?

Chez FirstAffair, les membres ont la possibilité de rester anonymes. Ils décident seuls qui a le droit de voir quelque chose. Nous avons pour cela mis en place le concept des gens de confiance. Seules les personnes de confiance peuvent alors accéder à vos photos. Ce sont souvent des personnes avec lesquelles vous souhaitez avoir un contact plus intensif. Les autres ne voient rien et passent au profil suivant. Vos données personnelles sont par ailleurs protégées sur le site de FirstAffair. Pour une inscription, il suffit d’une adresse e-mail valable et d’une confirmation.

Les rencontres sexe sont plutôt quelque chose pour le sexe fort. Mais FirstAffair dispose également d’un taux de femmes très important: plus de 30% des membres sont des femmes. Comment faites-vous?

Les femmes ont besoin d’un environnement où elles se sentent bien. Elles sont souvent effrayées par des comportements déplacés ou des tactiques de drague peu appréciables. Notre image sérieuse et la transparence de notre site lutte cependant activement contre ce genre de phénomènes.

Le démarrage sur FirstAffair est gratuit pour les hommes et les femmes. Mais qu’est-ce qui se passe ensuite? Est-ce qu’une inscription gratuite ne génère-t-elle pas des annonces qui sont par la suite abandonnées?

Pour éviter ce phénomène, nous avons intégré un mécanisme efficace dans notre système: en cas d’une inactivité de 180 jours, les annonces abandonnées sont supprimées. Nous garantissons ainsi la qualité des annonces de rencontres. De plus, les femmes paient également un abonnement dès qu’elles souhaitent utiliser nos services premium. C’est la popularité de notre site qui nous permet d’agir de cette façon!

Est-ce que les utilisateurs payants ont réellement des chances de vivre une aventure de sexuelle? Comment estimez-vous les chances de réussite chez FirstAffair?

La mise en relation et l’établissement de rencontres érotiques et d’aventures passionnées sont finalement notre objectif principal chez FirstAffair. Nous ne disposons évidemment pas d’une statistique des rencontres qui ont eu réellement lieu. Il est compréhensible que les aventures et les infidélités ne soient pas rendues publiques. Nous ne soutenons également pas des messages de succès ou des blogs quelconques avec des photos. De nombreux sites de rencontres sexe font appel à de telles pratiques – et en font leur publicité. Vous pouvez y voir les photos de couples heureux devant l’église. Comme nos couples atterrissent plus souvent au lit qu’à l’église, vous pouvez vous imaginer à quoi ressembleraient les photos ... (rires).

Par rapport aux simples sites de rencontres, nos utilisateurs viennent se connecter quasiment tous les jours – certains plusieurs fois par jour. Nombreux sont aussi ceux qui utilisent le livechat de FirstAffair. Ce fait est mis en évidence par l’évaluation du trafic sur nos pages. Le soir et le week-end, les utilisateurs se connectent par centaines.

Le meilleur argument reste toujours un prolongement de l’affiliation chez nous. Cela confirme qu’un abonnement chez FirstAffair est rentable. Il s’agit pour nous d’une preuve que FirstAffair fonctionne. Lorsque l’expérience fut particulièrement bonne, nous recevons parfois des lettres de remerciement par e-mail – et les femmes nous écrivent aussi!

Est-ce qu’il existe un utilisateur moyen sur FirstAffair? Quelles sont ses caractéristiques?

Nos utilisateurs sont très différents. Les évaluations statistiques du système révèlent cependant que les femmes ont en moyenne 32 ans et les hommes à peu près 35 ans. Les hommes sont avant tout employés et mariés. Les femmes moyennes sont également mariées, mais ne travaillent pas.

Sur FirstAffair il n’y a pas que les hommes et les femmes qui peuvent venir s’inscrire pour vivre une aventure érotique, mais également des couples. Quelles sont généralement les préférences?

Les couples recherchent la plupart du temps une femme ou bien un autre couple. Pour ce qui concerne les préférences et les tendances, je peux vous dire que nos membres couvrent une gamme très large. Je ne peux donc pas vous donner des tendances typiques.

Combien de couples actifs sont inscrits sur FirstAffair?

Un membre sur 20 est actuellement un couple. Surtout des couples nous envoient beaucoup d’avis positifs.

Les moutons noirs de la branche sont souvent les entrepreneurs douteux, proposant des services de sms via des plateformes en ligne ou se faisant passer pour des femmes en envoyant des slips portés contre un paiement. Qu’entreprend First Affair contre de telles pratiques?

Oui. Nous devons également nous battre contre de tels entrepreneurs. C’est un véritable calvaire. Nos membres sont dérangés et arnaqués par de telles pratiques. Nous y voyons cependant aussi un défi et mettons tout en œuvre pour y mettre un terme. Il n’est malheureusement pas possible d’y remédier entièrement – les mauvaises herbes repoussent toujours. Les comptes peu coûteux des femmes sont souvent utilisés pour ces pratiques douteuses.

Suite au paiement de l’abonnement que nous avons maintenant instauré pour les femmes, les spams ne sont plus aussi importants qu’avant. Nos membres nous signalent aussi souvent les comptes des autres vautours. Les profils signalés sont contrôlés, puis supprimés quand les doutes se confirment.

Monsieur Herwig, comment en êtes-vous arrivé au poste de gérant d’un site de rencontres sexe? Est-ce que c’était planifié? Quelles ont été les réactions dans votre entourage privé?

Pour moi, ce n’est pas un simple boulot. C’est mon métier. En tant que gérant, des études d’économie sont devenues indispensables, peu importe dans quel secteur est-ce que vous travaillez. Il s’agit là d’une base incontournable pour avoir une entreprise profitable. Le fait que l’entreprise se situe dans le domaine du sexe ne joue pas un rôle important pour moi. Mon métier n’a donc pas d’influence négative sur mon environnement privé.

Quel est le nombre d’employés qui travaillent pour FirstAffair à présent?

Nous faisons également appel à l’outsourcing – nous avons délégué certaines tâches à d’autres entreprises. C’est tout simplement la meilleure solution. Le nombre d’employés n’est donc pas aussi élevé que l’on pourrait croire. L’équipe de base est composée de moins de cinq employés.

Est-ce que vos employés utilisent aussi FirstAffair dans la vie privée?

Je crois savoir qu’il existe aussi quelques comptes privés oui. Mais je ne peux pas en dire plus. ;-)

Nous avons encore une question pour finir: Ou`voyez-vous l’entreprise FirstAffair au cours des cinq prochaines années?

Le secteur de la rencontre en ligne est en plein essor – les entreprises en ligne vont donc continuer à croître et à avoir du succès. La demande des sites de rencontre sexe est toujours très importante. Le nombre de nos utilisateurs va donc continuer sa progression. Une libération dans le domaine érotique va nous générer encore plus de membres. Nous planifions aussi la création de sites dans d’autres pays.

Nous vous remercions pour cette interview Monsieur Herwig!


Expert Cedric Liermier

A part avec "FirstAffair" nous avons eu des interviews avec:

Top

Choisis ton site de rencontre et compare!

Choisis au maximum trois prestataires et compare ensuite ta sélection.

Comparer!
Compare les sites des rencontres!